We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the ESCP website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Close

Publication Une compréhension essentielle

Aperçu

Pour fêter les 100 ans de la Harvard Business Review, l'édition française a publié un numéro hors-série intégralement consacré aux "100 idées impertinentes pour mieux manager" de Frédéric Fréry, qui avaient déjà fait l’objet de la première publication originale du magazine.

Une mine d’enseignements pour tout manager

S’écarter des sentiers battus et des recettes préconçues. C’est l’ambition de ces 100 idées volontairement impertinentes, décalées et parfois dérangeantes. L’objectif ? Mettre à jour, et donc apprendre à contourner, les mythes, les pièges et les paradoxes du monde des affaires. Vous découvrirez ainsi si, oui ou non, les managers servent vraiment à quelque chose, pourquoi les récompenses tuent la motivation ou encore pourquoi le contrôle encourage la triche. 

Il ne suffit pas d’avoir un esprit "poil à gratter" pour être convaincant. Encore faut-il avancer de solides arguments. Or Frédéric Fréry n’en manque pas.

« Passionné de stratégie et d’innovation stratégique, l’auteur de ces chroniques, Frédéric Fréry, professeur à l’ESCP Business School et à CentraleSupélec, ne manque ni d’humour ni d’impertinence. Son objectif est d’aller à l’encontre des préjugés, de ces préceptes et recettes qui font trop souvent la doxa de l’enseignement des business schools et des entreprises », ajoute Caroline Montaigne, Cheffe de service et responsable du site hbrfrance.fr, dans l’édito du hors-série de HBR France intitulé Eloge de l’impertinence. « Mais il ne suffit pas d’avoir un esprit "poil à gratter" pour être convaincant. Encore faut-il avancer de solides arguments. Or Frédéric Fréry n’en manque pas. Avec clairvoyance et intelligence, il met au jour les mythes, les pièges et les paradoxes du monde des affaires. Il n’hésite pas, pour cela, à retourner aux origines du management et de la stratégie, à convoquer certains grands penseurs, comme Michael Porter ou Henry Mintzberg, et à disséquer des cas d’entreprises qui ont traversé les âges, des usines Ford dans les années 1910 aux Gafam d’aujourd’hui. In fine, cela donne à réfléchir, incite à faire preuve d’imagination et à s’écarter des sentiers battus. Dans un monde écrasé par le conformisme et la pensée unique, c’est rafraîchissant et même parfois déculpabilisant ».

Dans les grandes écoles, nous formons des praticiens, pas des théoriciens.

« L’idée est : "Vous avez certainement entendu dire que…" Or il existe de nombreux cas où cela ne se passe pas comme cela. Peut-être devriez-vous pousser votre réflexion un peu plus loin et ne pas vous contenter de la parole donnée. C’est en contestant les idées reçues que l’on peut en avoir d’autres ou même enrichir les idées existantes. En management, quand on gère de la complexité, on a tendance à vouloir faire simple, car cela rassure. Il peut être utile d’agir ainsi, notamment pour trancher rapidement, mais cela peut aussi pousser à prendre de mauvaises décisions car on est susceptible de passer à côté de certains éléments de la réalité. Les modèles doivent être uniquement une aide à la décision. Ils sont une béquille, mais ne doivent pas devenir une prothèse. Dans les grandes écoles, nous formons des praticiens, pas des théoriciens : il est essentiel que ces derniers soient toujours connectés au réel », explique l’auteur dans une interview qui clôt le hors-série en beauté.

AUTEUR


Frédéric Fréry - ESCP Business School Frédéric Fréry Professeur de management à ESCP Business School et à CentraleSupélec, chroniqueur pour Xerfi Canal

Campuses